French (Fr)Български (България)
Accueil Publications Interviews 3 questions à... Minko BALKANSKI

Minko BALKANSKI,

Professeur émérite (physique du solide) de l’Université Pierre et Marie Curie ;

M. Balkanski* est reconnu mondialement pour ses contributions dans le domaine des propriétés fondamentales des semi-conducteurs. Il a créé l’Institut des Hautes Etudes pour le Développement de la Culture, de la Science et de la Technologie en Bulgarie avec l’objectif d’ouvrir le monde extérieur aux jeunes talents Bulgares. Depuis vingt ans, son concours de Mathématiques, de Physique et d’Informatique a ouvert la voie des Grandes écoles scientifiques françaises à de jeunes bulgares exceptionnellement doués. Il a aussi créé en Bulgarie une Fondation**, qui porte le nom de son père, dont les activités englobent l’éducation, les sciences et les arts. L’Institut National d'Enseignement qui fait partie de la fondation, œuvre dans deux directions : l’enseignement et la formation des professeurs du secondaire, d’une part, et l’enseignement de la Morale, de l’Ethique et de l’Education Civique, d’autre part ; l’objectif étant de faire de cette discipline une matière obligatoire dans le système éducatif Bulgare.

 

1) Quand vous fuyez la Bulgarie communiste en 1946, pourquoi avoir choisi la France ?

Depuis ma plus tendre enfance,  la liberté et la culture étaient deux fascinations  irrésistibles et la France incarnait justement ces aspirations. La lecture de la Vie de Pasteur me montrait la voie des études et de l’Ecole Normale. J’ai rêvé de son Laboratoire de la rue d’Ulm que j’ai bien connu plus tard.

 

2) Depuis vingt ans, que sont devenus les lauréats de vos concours de mathématiques, de physique et d’informatique ?

Ils ont tenu leurs promesses. Après des classes préparatoires au Lycée Louis le Grand, ils intègrent l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm ou l’Ecole Polytechnique. Les premiers sont déjà des scientifiques éminents : Mladen Dimitrov, professeur de Mathématiques à l’Université Paris 7, Yanko Todorov, physicien de grande réputation au CNRS, Svetoslav Tchakarov, dans une entreprise de conseils avec un groupe de polytechniciens, Yordan Tabakov, informatique et télécommunications et toute une pléiade d’autres tout aussi brillants dans des carrières de tout premier plan. C’est une véritable élite pour l’Europe.

 

3) Pour quelles raisons souhaitez-vous rendre obligatoire un enseignement de morale, d’éthique et d’éducation civique dans le système éducatif bulgare ?

Il y a vingt ans l’enseignement dans le secondaire était très bon, malheureusement il se dégrade sous l’effet d’une indifférence générale. Il faut restaurer la dignité des professeurs et l’Ethique de l’enseignement. Les parents aiment leurs enfants et ils les gâtent trop sans s’occuper de leur éducation. Il est nécessaire d’introduire dès le Jardin d’Enfants des valeurs morales qui permettront plus tard de se construire une éthique dans la vie. On ne peut pas vivre en société sans connaître sa structure et un minimum de règles. Les jeunes ont besoin d’une éducation civique pour aborder la vie sociale. Un minimum de connaissances est indispensable pour comprendre ce que doit être la liberté dans une société civilisée, la démocratie, la tolérance, la justice…Autant de connaissances qui sont indispensables pour aborder la vie et elles doivent être enseignées au même titre que la littérature et les mathématiques. C’est une structure, un guide indispensable pour construire une société libre, juste, digne et responsable. C’est bien le rôle de l’école pour préparer à la vie et poser les prémisses d’une Société Civique intelligente, éveillée, réactive, digne et responsable.

 (Propos recueillis par François Frison-Roche)

 

* M. Balkanski est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Sofia-Paris, un aller simple :

http://www.decitre.fr/livres/Sofia-Paris-un-aller-simple.aspx/9782350121215

** http://balkanski-foundation.org/welcome/